Sully Group Entreprise de Services du Numérique
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Actualité

Android Wear 2 - Premiers retours d’expérience

12/07/2017

Google a sorti en début d’année la version 2 d’Android Wear, avec comme fer de lance deux montres de chez LG : la LG Watch Sport et la LG Watch Style (cette dernière n’est malheureusement toujours pas disponible en France).

 

 

Avec elle, son lot de nouveautés :

  • les « Standalone Apps » qui permettent de faire des applications Wear autonomes, une version du Play Store sur montres pour accompagner ces applications,
  • le support du NFC pour le paiement dont nous reparlerons plus tard,
  • les « Complications » qui sont des sortes de widgets affichés à côté de l’heure ou encore l’arrivé de Google Assistant sur Android Wear.

Chez Sully, nous avons opté pour une Huawei Watch 2 pour nos projets liés aux montres connectées et cette dernière possède des caractéristiques assez solides : SoC Snapdragon 2100, Wi-Fi, 4G, Bluetooth, NFC, enceinte/micro, cardiofréquencemètre. De quoi enrichir nos applications de nouvelles fonctionnalités !

 

Voici ce que nous avons retenu de ces premières applications réalisées sur Android Wear.

Tout d’abord, le développement est assez similaire à celui des applications pour smartphones et tablettes Android. On peut simplement noter l’absence de quelques APIs comme celles liées aux Webview par exemple. Ou bien le NFC qui est pour l’instant limité au paiement sans contact, ce qui restreint aujourd’hui son intérêt… En dehors de ces quelques différences dont il faut avoir bien conscience, aucun souci pour passer du développement sur smartphone au développement sur montre connectée.

Aussi, la possibilité de réaliser des applications autonomes est une grande avancée pour le développement du marché. 

Une des difficultés du développement sur Wear est de s’adapter à  toutes les situations. En plus de devoir gérer les différents formats de montres (rectangulaire, arrondi, arrondi avec une barre…), il faut également gérer les différents types de connexions disponibles. Par exemple, pour accéder à internet, on peut soit passer par le Wi-Fi de la montre, ou bien par le téléphone si on y est connecté par Bluetooth. De même pour les données GPS.

Finalement, ce qui est à la fois la force et la contrainte d’Android Wear, c’est son interface. En effet, comme le préconise Google dans sa documentation, les applications sur montres doivent être intuitives, sans superflus et fournir les informations importantes en un coup d’œil. Et ce dernier point est le plus important ! Voilà pourquoi Google a introduit une API pour les « Complications », ces widgets qui affichent des informations variées sur la WatchFace (l’écran principal qui affiche l’heure). Ainsi, on peut afficher le nombre de pas effectués dans la journée, le nombre de mails non lus, ou bien encore l’heure du prochain rendez-vous. C’est donc un moyen intéressant de rendre les informations essentielles visibles en un coup d’œil.

 

Les efforts de Google sur Android Wear vont dans le bon sens, et laisse entrevoir de nouvelles possibilités pour les applications que nous développons pour nos clients chez Sully Group / Mobile App’Titude. Les apports dans le domaine de la santé ou du sport connectés sont nombreux, nous pouvons également imaginer de nouvelles fonctionnalités liées aux montres connectées sur les applications de gestion des déplacements multimodaux (applications Métromobilité et StrasMap par exemple) ou encore pour les applications métiers liées aux interventions sur le terrain (parcours GPS, identification des matériels, notifications et alertes…).

Voilà de quoi donner un nouvel élan au marché des montres connectées ! Et n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

 

Jocelyn Caraman, Développeur Android / IoT.

 


Les experts mobilité de Sully Group.

Share